Freelance, artiste indépendant : part 2/2

Mis à jour : 26 sept 2018


Après " Freelance, artiste indépendant part 1/2" voici la deuxième édition.

Afin d'apporter différents points de vues à cet article, ses artistes peintres et infographistes, ont accepté de faire part de leur expérience pour cette seconde partie.

Je les remercie grandement pour leurs témoignages et le temps qu'ils ont accordés pour répondre à ces questions.

Côté Peinture

  • Amylee (Paris)

Artiste-peintre

Blog : www.amylee.fr

Avez-vous une expérience ou anecdote à partager ?

C'est en peignant tous les jours qu'on devient artiste peintre. Plus on travaille plus on est performant !

Quel est selon vous l'atout/qualité indispensable à avoir pour se lancer ?

Du temps et de l'énergie, car si on a déjà des semaines bien chargées : enfants, famille, loisirs et peu de motivation ce n'est pas la peine de se lancer dans une carrière artistique.

Le métier d'artiste peintre est difficile surtout au début. Il faut donc pouvoir s'y consacrer à 100%.

Quel conseil donneriez-vous à quelqu'un qui souhaite se lancer ?

D'éviter les lieux qui se disent galeries et qui font payer leurs murs. Ce ne sont pas des personnes du Milieu de l'Art mais simplement des commerçants. D'ailleurs, ils n'ont pas le carnet d'adresses du galeriste.

  • Hugo Landry (Québec)

Artiste-Peintre

Site : www.hugolandry.com

Pensez-vous que le pays ou exerce l'artiste à une influence sur son travail et son mode de vie ?

Oui. Il est clair que le pays de l'artiste influence son travail. Le climat peut avoir un impact à la fois sur l'inspiration et la démarche artistique de l'artiste. De plus, le contexte politique d'un pays peut avoir un impact direct sur la production d'un artiste. Le pays vit-il des tensions, une crise ou instabilité politique importante? L'artiste est sensible à son environnement.

L'atout primordial à avoir ?

Selon moi, il est primordial d'avoir une vision précise de ce que nous voulons comme carrière et de consacrer tout notre temps et énergie à cette vision.

Il faut croire en notre talent, être prêt à sortir de notre zone de confort et oser. Pour vivre de son art, il faut également avoir la fibre entrepreneuriale.

Avoir le flaire pour les occasions d'affaire et être en mesure de savoir se vendre.

Quel conseil donneriez-vous à quelqu'un qui souhaite se lancer ?

- En cas de doute, foncez ! C'est une cheminement professionnel difficile, qui est rarement en ligne droite. Malgré les embûches, il faut réussir à tracer son chemin et à foncer malgré nos propres doutes. Les remises en questions font parties du processus créatif de l'artiste. Il faut s'en nourrir.

- Il faut aussi être en mesure de trouver des endroits stratégiques où afficher son travail.

  • Argadol

Artiste-peintre

Site et blog : www.argadolartiste.yolasite.com

Qu'aimez-vous le plus dans votre métier ?

La liberté, le challenge, le retour des gens, l'échange entre artistes... Entre autre...

Qu'aimez-vous le moins ?

La solitude parfois... Des revenus qui peuvent être irréguliers... Le manque de temps pour pouvoir tout faire... Mais c'est peu par rapport au bonheur d'avoir changé de vie...

Quel conseils donneriez-vous à quelqu'un qui souhaite se lancer ?

- Prendre le temps d'apprendre suffisamment avant de se lancer sans filet...

- Y croire quoi qu'il arrive, s'accrocher durant les premiers mois, premières années...

- Travailler dur... Encore plus... Être prêt a faire des sacrifices...

- Et savoir dès le début qu'il faudra consacrer la moitié de son tempos à sa propre communication, commercialisation... La liberté a un prix.


Côté Infographie

  • Goshi

Infographiste

Page facebook : www.facebook.com/silencecorp

Une anecdote à partager ?

Pas tellement... J'ai pas trop de trucs vraiment marrant. J'ai à faire une fois sur deux à des gens qui ne savent pas ce qu'ils veulent et le reste ce sont des gens qui te disent "Oui mais non, je voulais plutôt ça comme ça", quand tu as fait ce qu'ils voulaient.

Qu'est-ce qui vous plaît le plus dans votre métier ?

La variété de projets et de supports pour bosser. De la pochette d'album à la carte de visite, en passant par le sticker pour la voiture professionnelle.

Qu'aimez-vous le moins ?

Le rapport à l'argent. C'est un des métiers les plus sous-évalué actuellement. Pour les gens "on fait des dessins".

Quel conseils donneriez-vous à quelqu'un qui souhaite se lancer ?

- Prendre son temps.

C'est pas simple, il faut un bon carnet d'adresses. Les contacts et les rencontres font tout dans ce boulot.

- Sortir aussi, rencontrer des gens, aller à des expo, parler avec des artistes et des visiteurs.

- Prendre quelques contrats "alimentaires", et se faire plaisir quand on peut.

- Et surtout, ne pas se brader. Ça ne fait pas venir les clients, ça les fait fuir, c'est synonyme de travail médiocre.

  • Stéphane Piquet

Etalonneur / VFX

Que pensez-vous du marché français à propos des indépendants ?

C' est un peu fragile en ce moment surtout avec le statut d'intermittent du spectacle et les modifications sur contrat que veut apporter le gouvernement .

Mais je pense qu'il faut rester optimiste. Quelqu'un qui souhaite vraiment travailler et qui développe bien son réseau a de grande chance de pouvoir continuer à travailler.

Il faut multiplier les occasions d’échanger, bouger géographiquement, rencontres sur des salons.

Il y a toujours du travail en France mais il faut se battre actuellement pour rester dans le haut du panier.

Quelles sont les qualités à avoir ?

- C'est beau d'avoir le côté artistique mais il faut avant tout aller vers les gens, communiquer, ne pas avoir la phobie du téléphone ou du mail (rires).

- Avoir de la persévérance : il est vrai que parfois il y a des périodes creuses et il faut savoir pendant ce temps-là s’occuper soit en communication ou en démarchage.

- Ne pas désespérer ; il faut avoir un caractère bien trempé.

Quel conseil donneriez-vous à quelqu'un qui souhaite se lancer ?

- Voir les avantages et inconvénients au niveau des statuts (maison des artistes, intermittents, autoentrepreneur étudier la partie juridique des statuts), ainsi que le niveau de charge inhérent à chaque statut ; cela permet de limiter la casse en s’installant.

- Faire une petite étude de marché pour voir la profession au niveau régional et national, afin de constater les aides par région et comment on peut se positionner par rapport aux différents critères de prestation que l’on a choisi.

- Développer un maximum son réseau et commencer à se positionner sur les réseaux sociaux, travailler sa communication : logo, vitrine

Ça permet d' être perçu par les entreprises extérieures ou les gens avec lesquels on souhaite travailler.

- Avoir un bon site Internet avec une bande démo, une bonne vitrine de choses réalisées ou un ou deux exemples très pertinent et qualitatifs (plutôt que des exemples approximatifs).

- Se rendre sur des salons pour laisser des cartes. Communiquer avec les gens, les entreprises.

- Recontacter ses clients "c'est le nerf de la guerre", ça permet d’évaluer le désir du client.

Une anecdote, une expérience à partager ?

J’ai effectué les décors numériques scéniques sur « Bataille de Bouvines 2014 » .

Ça a été une très bonne expérience de par les rencontres que cela a généré.

Le relationnel et la rencontre avec une seule personne permet de démultiplier ses connaissances. Je souhaite cette aventure à tout indépendant que ce soit.

  • Anne Le Hy

Illustratrice, graphiste webdesign

Site : annelehy.free.fr

Faut-il avoir déjà eu une expérience professionnelle pour se lancer en indépendant ? Ce n'est pas obligatoire, mais je pense que c'est très important.

Que cela soit une expérience en agence, ou chez un imprimeur... Le métier de free-lance implique de suivre un projet de sa conception à sa production, contrairement au travail en agence où les "tâches" sont souvent plus morcelées.

Cela implique donc d'avoir une bonne connaissance des différents acteurs du métier, en particulier lorsque l'on travaille sur un objet destiné à être imprimé ou édité afin d'éviter les mauvaises surprises...

Les contraintes de production influent bien souvent sur notre façon de concevoir l'objet !

De plus, un des plaisirs à mon sens d'être en indépendant, c'est justement de pouvoir apprendre constamment au contact des autres acteurs de la chaîne graphique : prendre du temps auprès de l'imprimeur pour découvrir de nouveaux papiers, échanger avec un développeur sur les nouvelles technologies... Que conseillez-vous à quelqu'un qui souhaite se lancer ? - Bien peser les avantages et inconvénients du métier de freelance : une grande liberté, autonomie et indépendance, un temps de travail élastique, sans la "sécurité de l'emploi", bien souvent sans congés payés... Il ne faut pas avoir froid aux yeux pour se lancer !

- En cas de problème, ne pas hésiter à chercher des informations ou du soutien sur le web, un outil de réseau essentiel lorsque l'on travaille seul chez soi.

- Etre au courant des tarifs pratiqués afin de ne pas se dévaloriser

- Ne jamais, jamais commencer un projet sans devis signé !

- Sauf si l'on est un "commercial" dans l'âme, il faut un peu de temps pour s'affirmer et savoir imposer ses conditions, au prix de quelques ratés.

Au-delà de ces considérations pratiques, le métier de freelance est passionnant : on ne s'ennuie jamais, au contact de projets toujours différents, on apprend constamment.

Sujets similaires :

Freelance, artiste indépendant part 1/2

La bible de l'infographiste

#Artistes

Suivez toutes nos actualités   et coulisses avec Pioupiou

  • Instagram - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • YouTube - Cercle blanc
  • Pinterest - White Circle
  • Twitter - Cercle blanc
  • LinkedIn - White Circle

cynthia.dormeyer@gmail.com - Mentions légales - FAQ - Plan du site - © Copyright Cynthia Dormeyer  2019

Le Géant des Beaux-Arts
logo rond violet avec un c blanc au centre